indigo poetry

Type de projet : marché, architecture locale, paysage et microcosme

Concours – Architecture

Montage photographique exprimant de manière imagée les problématiques du sujet et le site | Image de couverture du projet Indigo Poetry du site atelierkaose.com

Commanditaire : UNI.xyz

Nature : Construction d’un marché aux poissons

Patrimoine et gastronomie

Artisanat et commerce

Surfaces : 7180m²

Coût : /

Calendrier : 2020

Equipe : Gaëtan Croisille, Marine Szymczak

Situé à Hô Chi Minh (Vietnam), le projet se situe à l’entrée de Thu Thiem, quartier nouvellement construit. Dans cette course folle à la construction et à l’imperméabilisation de toute surface, Indigo Poetry propose de prendre le temps de regarder et d’écouter le monde qui nous entoure.

Indigo Poetry s’articule autour d’un jardin d’eau, qui sera le cœur du développement de la nouvelle infrastructure. En effet, le nouveau marché aux poissons se tourne vers lui-même, comme un refus de regarder la nouvelle urbanisation du quartier. Prenant forme autour de ce jardin d’eau, le projet tend à être une ode à la relation entre l’artisan pêcheur et son environnement, nous transportant ainsi dans une véritable scénographie où des barques voguent à la cime des arbres symbolisant le lien profond entre la pêche et nos racines.

Une forêt de poteaux surgit du sol pour porter les trois niveaux de l’infrastructure. Le rez-de-chaussée, décollé du niveau de la rue, permet d’anticiper les aléas de la montée des eaux. C’est sur ce niveau que se trouvent les stands de street food, indissociables de la tradition du marché. En lien direct avec le jardin, cette disposition permet de créer un tableau entre le consommateur et le lieu de production imagé. Les deux niveaux supérieurs fonctionnent comme de grands plateaux, accueillant les différents stands du marché de manière flexible.

Le nouveau marché dans son ensemble est pensé comme une rue. À l’image des street market, on le traverse, on y flâne, il existe des chemins de traverse et des endroits pour refaire le monde autour d’un café. Le projet se veut totalement réversible : en cas de montée des eaux, il pourrait par exemple se voir confier un nouveau programme et ainsi devenir une gare fluviale.

Situé à Hô Chi Minh (Vietnam), le projet se situe à l’entrée de Thu Thiem, quartier nouvellement construit. Dans cette course folle à la construction et à l’imperméabilisation de toute surface, Indigo Poetry propose de prendre le temps de regarder et d’écouter le monde qui nous entoure.

Indigo Poetry s’articule autour d’un jardin d’eau, qui sera le cœur du développement de la nouvelle infrastructure. En effet, le nouveau marché aux poissons se tourne vers lui-même, comme un refus de regarder la nouvelle urbanisation du quartier. Prenant forme autour de ce jardin d’eau, le projet tend à être une ode à la relation entre l’artisan pêcheur et son environnement, nous transportant ainsi dans une véritable scénographie où des barques voguent à la cime des arbres symbolisant le lien profond entre la pêche et nos racines.

Une forêt de poteaux surgit du sol pour porter les trois niveaux de l’infrastructure. Le rez-de-chaussée, décollé du niveau de la rue, permet d’anticiper les aléas de la montée des eaux. C’est sur ce niveau que se trouvent les stands de street food, indissociables de la tradition du marché. En lien direct avec le jardin, cette disposition permet de créer un tableau entre le consommateur et le lieu de production imagé. Les deux niveaux supérieurs fonctionnent comme de grands plateaux, accueillant les différents stands du marché de manière flexible.

Le nouveau marché dans son ensemble est pensé comme une rue. À l’image des street market, on le traverse, on y flâne, il existe des chemins de traverse et des endroits pour refaire le monde autour d’un café. Le projet se veut totalement réversible : en cas de montée des eaux, il pourrait par exemple se voir confier un nouveau programme et ainsi devenir une gare fluviale.